Addict à la relation toxique ? pourquoi ? comment ?

Posté dans : Non classé | 0

Relation toxique

Ce sont les questions que l’on se pose lorsque l’on vit ou que l’on est témoin d’une relation toxique. Qu’est-ce qui fait que la victime reste piégée dans un rapport qui lui est nocif ? fascination du Mal ?

Non, tout simplement le résultat d’une manœuvre de manipulation très connue et très efficace : le renforcement intermittent.

Qu’est-ce ? Le plus couramment, dans les relations entre personnes, on utilise le renforcement continu : une même cause a pour conséquence le même effet, systématiquement. Mais si on ajoute l’aléa, alors l’impact devient bien plus important car il va y avoir le développement d’une addiction.

En effet, de la même manière que le toxicomane va passer son temps à rechercher le même effet que celui ressenti lors de son premier shoot, sans jamais savoir si le trip va être bon ou mauvais mais espérant toujours qu’il soit bon, la personne victime d’un renforcement intermittent va désespérément tenter d’obtenir le résultat qu’elle avait au début de la relation, à savoir l’attention et l’amour de l’autre.

Le scénario est toujours le même : au début, tout est merveilleux, quasiment déséquilibré dans l’autre sens. Le partenaire rencontré manifeste amour et attention presque à l’excès. Une fois que l’on est « endormi » dans la confiance que c’est ainsi que cela fonctionne, le partenaire va justement changer le fonctionnement. Subtilement, il va devenir par moments moins attentif, moins amoureux. Mais par moment, il redevient comme au début. Le soulagement éprouvé est alors si intense que c’est comme lors du premier shoot ! Sauf que désormais, le partenaire a les pleins pouvoirs et le cercle vicieux est en place : la perte de confiance rend de plus en plus dépendant de celui qui fait perdre confiance.

Il faut donc réaliser immédiatement quand il y a insécurité émotionnelle. Cela n’est pas normal dans une relation. Rompre est alors très difficile, comme un sevrage. Le soutien, l’accompagnement par un thérapeute et surtout accepter d’être gentil envers soi-même car on est victime, sont les clés qui permettent d’y parvenir.