La routine? Pas sans sexualité!

Posté dans : Non classé | 0

La bonne excuse de la routine ! « Nous nous aimons mais le quotidien a tué le désir entre nous », « Nous nous complétons admirablement, nous partageons beaucoup de choses, mais nous n’avons plus envie l’un de l’autre, c’est la faute au temps qui passe », « Entre les enfants, le travail et les soucis, il n’y a plus de place pour le sexe », etc…

Certes, faire l’amour demande de l’énergie et du temps. La sexualité exige un minimum de disponibilité quotidienne, au même titre que les enfants, le travail et la gestion des soucis. Alors, comment se fait-il que le couple arrive à gérer si complètement les trois « postes » précédent et si peu sa sexualité ? Parce que justement, bien souvent la sexualité est réduite au rapport sexuel hebdomadaire. Qui devient bien vite mensuel. Pour parfois arriver à annuel.

Or, la sexualité doit, comme les enfants, le travail et les soucis, faire l’objet d’une attention quotidienne. Mais cette attention n’a pas besoin de se traduire systématiquement par une pénétration. La sexualité est indissociable de la sensualité et la sensualité, se sont de toutes petites choses. Une caresse donnée « juste comme ça », un regard amoureux, un mot doux chuchoté à l’oreille. Un compliment. Bref, tous ces moments de complicité, si spontanés, naturels, évidents au début d’une relation et qui sont bien vite négligés, oubliés lorsque l’histoire est installée. Au profit des fameux « autres postes » qui font entendre leurs exigences (les enfants réclament, le patron râle, le courrier impose une réponse), contrairement à la sensualité. Alors, à force, la sexualité n’est plus préparée, anticipée, le couple n’est plus conditionné pour faire l’amour. Et du coup en a de moins en moins envie.

Le désir est comme une plante fragile dont la fleur éclot naturellement mais qui, pour la conserver, exige des soins attentifs et constants. La bonne nouvelle, c’est que ces soins sont simples, faciles et souvent très agréables à prodiguer.

Première chose : le couple doit s’aménager sa bulle, son petit coin d’espace-temps où rien ni personne n’a le droit de s’immiscer. Les emplois du temps des partenaires sont surchargés, impossible de rien faire au pied-levé ? Qu’importe. En ce cas, il suffit de se mettre d’accord sur un soir par semaine, toujours le même, qui sera réservé au couple. Ce soir-là, ce qui compte n’est pas tellement ce que le couple va faire ou pas (sortie au théâtre, restaurant, plateau télé, …) mais bien que le couple le fera ou pas ensemble. Pareillement, un week-end par mois et une semaine par an seront réservés aux escapades à deux. A consommer comme une échappée collégienne, sans culpabilité. Les enfants sont bien plus heureux avec des parents amoureux qui les laissent une fois de temps en temps chez les grands-parents qu’avec des parents frustrés qui sont tout le temps sur leur dos.

Deuxième chose : le couple doit investir dans ces moments à deux et donc les préparer, les anticiper. Rien de moins naturel qu’une ambiance érotique, elle s’imagine, s’organise, se savoure à l’avance. La perspective et l’attente de retrouvailles langoureuses feront monter l’excitation. S’effleurez l’air de rien en se croisant dans la cuisine, s’envoyer des messages tendres ou des sextos coquins, se pomponner pour se rendre beau et désirable, pour se sentir beau et désirable, tout cela c’est de la sensualité et tout cela prépare et mène à la sexualité.

Eh oui, le chemin qui mène à la chambre à coucher passe par la trousse de vernis à ongle, le boxer-short en soie ou le nouveau parfum. Il n’y a plus deux parents mais deux amants qui se retrouvent, avec impatience, fébrilité, excitation. Ce n’est plus un couple ensemble depuis 10 ans mais un homme qui cherche à conquérir une femme qui le provoque et le séduit. Montrer à l’autre que l’on est attirant et que c’est pour lui qu’on veut l’être,  voilà le message le plus sensuel qui soit.

Troisième chose : si la sensualité peut mener à la sexualité, ce ne doit pas en être la fin en soi. Il faut profiter de la sensualité sans se préoccuper uniquement de savoir si un rapport sexuel viendra couronner ce moment à deux. En effet, être présent dans l’instant, ne pas calculer mais seulement profiter sont justement les impératifs à respecter pour prendre du plaisir et avoir une chance d’aller jusqu’à faire l’amour. Le but n’est pas la relation sexuelle mais la reconnexion sensuelle. Celle-ci sera ensuite le garant de la reconquête sexuelle. Après.

Quatrième chose : cultiver l’exceptionnel. Cela ne signifie pas le grandiose, juste l’inhabituel. Tout ce qu’on ne fait pas normalement parce que ça prend du temps, c’est fatigant, c’est salissant, c’est contraignant, c’est gnangnangnan… Prendre un bain ensemble, boire un verre sur le lit, se faire des confidences, aller voir le clair de lune sur le balcon par -10 C°…

Et si l’attrait de ce plaisir partagé à deux n’a pas suffi à convaincre, de nombreuses études scientifiques ont démontré que les couples heureux et épanouis sexuellement :

  • augmentaient leur espérance de vie de six à neuf ans
  • diminuait leur stress physiologique et psychologique
  • étaient dans 35 % des cas moins souvent malades
  • minimisaient les probabilités de divorce
  • avaient des enfants qui s’épanouissaient plus facilement
  • augmentaient leur confiance en soi et en l’autre